Treize lycéens de seconde 2GT2 au Blaise-Pascal de Forbach ont participé à une reconstitution d’audience au tribunal de Metz. Mis en situation réelle, ils ont joué chacun leur rôle lors d’un procès fictif sur une affaire de harcèlement.

« C’était vraiment trop bien ! ». Les élèves de 2nde 2GT2 du lycée Blaise-Pascal de Forbach sont unanimes. Le temps d’une reconstitution d’audience, ils se sont mis, chacun, costumes à l’appui, dans la peau d’une victime, d’un prévenu, d’un policier, d’un avocat, d’un procureur, d’un juge pour une affaire de harcèlement avec violences et menaces de mort réitérées. Un dossier jugé en comparution immédiate au tribunal de Metz.

Treize élèves, sous la houlette de Mme  Bonis, professeur de français ; Mme  Karmim, professeur de SES et enfin Mme  Lavrador, professeur d’histoire-géographie, ont longuement travaillé sur le projet justice, auquel le lycée participe depuis deux ans.

Une véritable affaire

« Il s’agit d’une véritable affaire qui est d’ailleurs la même pour tous les lycées qui entrent dans la disposition de reconstitution d’audiences », explique Mme  Lavrador. Grâce notamment aux procès-verbaux qui ont été mis à disposition, le professeur a ensuite décortiqué le dossier afin de le rendre le plus compréhensible possible pour les élèves.

« Ils se sont intéressés et ont beaucoup appris. La justice française n’est pas la même que celle américaine, qu’ils ont l’habitude de voir dans des films ou des séries », ajoute Mme  Lavrador.

A la rencontre des professionnels du droit

Les élèves ont ainsi répété le procès durant les heures de français et d’histoire. Pour les aider à mieux appréhender le procès, ils ont pu rencontrer des professionnels du droit. Ces derniers leur ont donné des conseils, leur ont expliqué leur rôle lors d’une audience.

« Quand nous sommes arrivés au tribunal pour la reconstitution, c’était vraiment très impressionnant. C’est une salle immense. Ça faisait un peu peur. En plus, nous avions un public. Nous avons présenté notre reconstitution devant de véritables avocats, greffiers, juges », intervient Donia, qui tenait le rôle de juge.

Une expérience enrichissante pour ces jeunes. D’autant plus qu’ils ont dû chacun s’exprimer et essayer de coller au plus près de la réalité. « Ça nous a permis de découvrir de nouveaux métiers, de s’intéresser au droit et aussi d’être plus à l’aise et plus confiants à l’orale », précise Saïd qui jouait le prévenu.

Ils ont été convaincants et ont eu droit aux félicitations de leur « public ». Lors de l’audience, un étudiant en Beaux-Arts de Nancy a assisté au procès fictif et a croqué les élèves, comme certains dessinateurs de justice le font. Une fierté supplémentaire pour ces jeunes et pour leurs professeurs.

Source : https://c.republicain-lorrain.fr/edition-de-forbach/2018/06/01/blaise-pascal-les-lyceens-au-coeur-de-la-justice